EXCLU. La machine de Turing : « Un type génial, très proche de nous »

Icone représentant deux vagues blanches
EXCLU. La machine de Turing : « Un type génial, très proche de nous »

EXCLU. Benoît Solès (à droite ci-dessous), auteur et comédien de la pièce de théâtre La machine de Turing, coiffée de 4 Molières en 2019, a accordé une interview au Villeneuve magazine. Il nous dévoile la fabrique d’un spectacle encensé par le public et le métier, qui sera joué à l’Espace culturel le samedi 29 février (1).

 

Villeneuve magazine : Pourquoi avez-vous choisi d’écrire sur la vie d’Alan Turing ?
Benoît Solès : « L’idée remonte à 2008. Lors de recherches sur internet sur la symbolique de la pomme, je suis tombé par hasard sur Alan Turing. À l’époque, il était absolument moins connu qu’aujourd’hui si tenté qu’il l’est devenu. Il n’avait pas eu de film, il n’avait pas été réhabilité. Je lis ces quelques lignes qui brossent la vie de cet homme là : inventeur de l’informatique, décodeur du code secret des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale… Je suis alors très frappé de voir qu’un homme de cette importance soit si peu connu. Au fil de recherches, je trouve quand même une biographie parue en 1986, très fournie, et je décide, de façon un peu militante, d’essayer très modestement de participer à sa réhabilitation. Je commence un long travail de rédaction d’une pièce de théâtre, en parallèle d’autres projets.
En 2011, j’apprends qu’un film est en production sur la vie d’Alan Turing. Là, ça m’a un peu coupé les ailes. Quand on connaît la précarité et la modestie du théâtre vis-à-vis du rouleau compresseur cinématographique, a fortiori hollywoodien, ça m’a fait un peu abandonner le projet en me disant que je n’avais aucune chance d’exister face à cette machine là… Et en voyant le film en 2013, j’ai paradoxalement décidé de reprendre mon projet car le traitement hollywoodien du personnage l’avait beaucoup lissé. Alan Turing était devenu un personnage assagi, rendu plus propre, moins subversif, moins gay. Dans cet hommage qui allait resté sans doute un peu définitif, je trouvais que c’était incroyable de l’avoir tué une seconde fois en ne le montrant pas dans sa folie douce, sa complexité, et par rapport à cette histoire d’homosexualité qui lui a coûté si cher.

VM : Comment avez-vous travaillé le personnage ?
B.S : J’ai fait ce projet très librement avec un axe plus personnel, moins reconstitution historique. Le moment tellement emblématique de Turing lorsqu’il décode les codes secrets nazis qui change le cours de la Seconde Guerre mondiale, n’est en fait qu’un moment dans sa vie dans sa longue quête d’une machine pensante et programmable. Je voulais montrer aussi ses autres recherches et l’homme, de façon plus complète dans son humanité, son intimité même et montrer en quoi ses spécificités, ses troubles autistiques, son bégaiement, sa nature homosexuelle, avait aussi énormément joué dans ce qu’il était. Et aussi dans la façon qu’il a presque lui-même marché vers ce martyre qu’il s’est imposé en allant dire devant un tribunal qu’il était homosexuel et en assumant toutes les conséquences. Ce regard-là, un peu plus humain, rend le personnage, tout en étant un génie et bien au-dessus de nous intellectuellement, étonnement plus proche. Ce n’est pas un génie inaccessible qui nous regarde de haut mais un type génial très proche de nous, qui nous pose des questions et nous invite à réfléchir avec lui.
On a affaire à une personnage qui a vraiment existé, on ne peut pas dire n’importe quoi. Je revendique à cet égard deux sources : une biographie et une première pièce anglaise où le dramaturge a rencontré le bibliographe. Ensemble, ils ont rencontré le policier qui avait interrogé Turing et l’amant de Turing. Ce qui m’a livré des informations factuelles très intéressantes qui donnaient corps à cette vie privée que je voulais mettre en avant.
Ensuite, il y a eu les contraintes du théâtre. J’ai fait une création à Avignon avec deux acteurs seulement, à cause de moyens limités. Pour enclore la vie de Turing en 1h30 avec deux comédiens, j’ai utilisé une narration éclatée, avec des allers-retours dans le temps, qui permettent de traverser la vie de Turing de manière ludique. J’ai essayé de me connecter à lui par le cœur pour le faire parler à travers moi. On traverse des moments décisifs de sa vie à travers trois personnages : le flic, l’amant et le collègue mathématicien joués par le même comédien.


VM : À quoi tient le succès de votre pièce ?
B.S: C’est une reconnaissance du public qui s’est enflammé pour ce personnage dès les premières représentations à Avignon. Le métier a confirmé l’importance qu’il y avait à parler d’Alan Turing, et le côté bien troussé du spectacle. C’est un petit spectacle, petit décor, on est deux. C’est un théâtre exigeant mais honnête. Les gens du métier ont aimé ce mélange d’ambitions et de théâtre populaire. Gagner le Molière de l’auteur et de l’acteur, à titre personnel, c’était du jamais vu. Je suis en tournée toute l’année 2020 et je vais accompagner le développement de la pièce à l’étranger car elle va se monter dans 6 pays (Allemagne, Argentine, Canada, Espagne, Grèce…) La pièce est aussi étudiée dans les de collèges et lycées, ce qui me touche énormément. Pour le côté historique, scientifique mais aussi pour l’histoire des droits humains, pour les personnes différentes qu’elles soient autistes, bègues, homosexuelles ou tout simplement qu’elles s’habillent différemment. »

(1) Samedi 29 février, La machine de Turing, à l’Espace culturel, 8 rue Maurice Tinseau. Réservation sur place ou par téléphone : 01 49 61 92 40.

Contactez-nous

1 Vous êtes
2 Votre demande
3 Validation de la demande

Inscrivez-vous à la newsletter !

Et restez connectés avec toute l'actualité de votre ville.

Nous contacter

Mairie de Villeneuve-le-Roi
Place de la Vieille Eglise / 94290 Villeneuve-le-Roi
01 49 61 42 42 / Ouvert du lundi au vendredi : 8h30 – 12h & 13h30 – 17h30 / mardi : jusqu’à 19h / samedi : 9h – 12h

Que recherchez-vous ?

Rechercher un service, une info…
Generic filters

Recherches fréquentes :

Inscrivez-vous aux alertes SMS !

Recevez directement les alertes et informations sur votre téléphone.

Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant. Vous pouvez demander, par simple lettre (Mairie – Place de la Vieille Eglise – 94290 Villeneuve-le-Roi). Désinscription au 01 49 61 42 42.

Vous pouvez exprimer votre opinion et nous laisser un commentaire ci-dessous.
  • Votre email est utilisé afin de vous tenir informé des actualités concernant l’opération « expression citoyenne ». Les données personnelles qui auront été fournies à cette occasion seront supprimées à l’issue de l’opération.

Inscrivez-vous aux notifications !

Recevez un email dès qu'un nouvel article est publié.
Recevez un extrait journalier des derniers articles.

Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant. Vous pouvez demander, par simple lettre (Mairie – Place de la Vieille Eglise – 94290 Villeneuve-le-Roi). Désinscription au 01 49 61 42 42.

La boîte à idées

C’est ici que vous pouvez exprimer toutes vos idées !

  • RÉCLAMATIONS, SUGGESTIONS Vous pouvez améliorer la qualité du service rendu à la mairie de Villeneuve-le-roi. Vous avez une suggestion ? Une fiche "La ville à votre écoute" est à votre disposition à l'accueil unique au centre administratif au 154 ter avenue de la république.

    Votre email est utilisé afin de vous tenir informé des actualités concernant l’opération « expression citoyenne ». Les données personnelles qui auront été fournies à cette occasion seront supprimées à l’issue de l’opération.

Inscrivez-vous à la newsletter !

Et restez connectés avec toute l'actualité de votre ville.
X